Santa Marta: une rencontre déterminante avec les esprits des morts

En octobre dernier j’écrivais un premier article Mon contact avec les guides de la mort pour introduire un peu ma rencontre avec les guides de la mort. Ce nouvel article ce veut une sorte de prolongement de ce premier article toujours disponible sur mon blog.

Je me rends compte, depuis un moment, que c’est avec beaucoup d’émotion que je parle de ces guides, car je ressens un amour si grand en moi qu’il me dépasse par moment tellement il me fait sentir vivante. Je réalise depuis environ 1-2 ans que j’avais des échos d’eux depuis mon enfance mais que la rencontre devait se faire plus tard (comme je le mentionnais dans mon premier article). Lorsque le moment à été venu ils sont venus à moi de manière tellement magique…que je pense que c’est à ce moment que ma foi (quoiqu’elle fut tout de même branlante ensuite #êtrehumain) s’est vraiment cristallisé.

Le soir où j’ai rencontré le premier guide, j’avais aperçu chez mon ami une image d’une femme entourée d’un serpent et j’avais été attiré par elle. Il m’avait simplement donné son nom, Santa Marta, et dit qu’elle venait d’une vieille tradition dominicaine. Je n’ai pas cherché à en savoir plus, mais une semaine après alors que j’avais mon initiation dans le coven auquel j’étais participante on me remettait son image en me disant: « je l’ai vu et j’ai pensé à toi ». Pourtant, personne ne savait dans le coven pour cette image…

martha (2)
Ma première image rencontrée…

Quelques temps après moi et mon ami avons décidé de fêter la fête des morts, entre autre avec l’esprit qui était venu à ma rencontre, et d’autres et il a mis la photo de cette femme serpent sur l’autel de la fête. Je lui ai demandé pourquoi et il m’a dit que dans sa tradition elle, elle était au cimetière avec les morts. Les bougies étaient allumées et nous dansions, lorsqu’il a décidé d’allumer la chandelle dédiée à cette esprit femme serpent. Je me souviens que j’ai pris un genre de foulard de baladi mauve orné de plusieurs pièces dorées et j’ai été au-dessus de sa chandelle en faisant teinté les pièces vivement sans savoir pourquoi je faisais ça. Puis j’ai commencé à me sentir lourde et je me suis assise par terre…et je me suis retrouvé sur le dos, à me traîner comme un serpent. J’étais toute bien présente d’esprit, mais comme embrasser dans tout mon corps en étant plus en arrière plan. Lorsque j’ai repris mon corps entier j’ai appris que j’avais eu une transe avec Santa Marta.

Je ne savais pas que ces esprits « montent » les gens (ils peuvent entrer en quelque sorte dans notre corps, sans nous déloger, mais pour s’exprimer et prendre parole mais aussi pour nous faire vivre quelque chose). Je ne savais pas comment se vivait une transe avec Santa Marta non plus…depuis les dix dernières années j’ai assisté et vécue plusieurs de ces transes, avec cet esprit, et chaque fois c’est la même chose (chaque esprit à sa manière de se manifester). Chaque fois, des gens qui n’y connaissent rien le vivent tous pareil…Et ils adorent tous!!! Je ne savais pas non plus que le mauve était une de ses couleurs et qu’on appel ses esprits avec des cloches (tintement des pièces du foulard de baladi dans mon cas ce jour-là). D’ailleurs je me suis rendu compte, bien plus tard, qu’autour de sa taille sur son image elle a des pièces du genre!

santa-marta-la-dominadoraVivre cette expérience spontanément en ne sachant rien sur elle et sur sa manière de se manifester, sur la pratique des dominicains…ce fut pour moi une confirmation dans ma foi. Rien n’est un hasard…la rencontre devait se faire. Et cette rencontre est, depuis, une rencontre avec moi-même chaque fois que je suis en contact avec elle ou avec mes autres guides de la mort.

Avec eux j’ai retrouvé un goût de vivre, une connexion à ma spiritualité, etc. Le contact avec les esprits de la mort, est à mon sens, la plus belle des expériences pour nous apprendre à vivre! Rien n’est contraire, tout est complémentaire.

Il y a près de deux ans, j’ai dit aux esprits des morts que j’acceptais de marcher avec eux et d’apprendre et aider avec eux. Tellement de choses ont bougé depuis. Je me suis reconnecté à mon essence, même si encore je dois lutter avec l’égo qui fait de moi une humaine.

Depuis quelques jours, je pense beaucoup à eux car je dois faire des choses avec eux dont me connecter à eux pour sentir ce lien. J’ai décidé de préparer un ou deux ensembles pour honorer les morts pour ma future boutique. Alors que je pensais au concept de l’ensemble plus tôt, j’ai sentis leur présence. J’ai donc décidé d’allumer des bougies pour eux et en arrivant devant celle de Santa Marta je me suis dit que ce pourrait être un beau cadeau à faire tirer, pour les 1 an d’ouverture de http://www.denaturespirutelle.com, un ensemble rituel ou produit spirituel de travail avec les morts. Et au moment où j’allumais sa bougie j’ai réalisé que la date d’ouverture des 1 an de De Nature Spirituelle tombe le 29 juillet, jour de la fête de Santa Marta… chose que je n’avais jamais réalisé avant.

Gracias à la misericordia!

 

Publicités

Mon contact avec les guides de la mort

J’ai toujours vécu dans un espèce de paradoxe concernant la mort. Autant elle m’a toujours fait peur, et je dois l’avouer c’est encore un peu le cas, autant j’ai toujours été fasciné par les esprits des morts.

Malgré cette peur de la mort, j’ai toujours été attiré par les représentations d’homme et de femmes squelettiques à l’air un peu irrévérencieux, par les cimetières, le contact avec les défunts…il me semblait y avoir quelque chose à apprendre là. C’est en m’ouvrant tranquillement à cette notion de mort que j’ai réalisé aussi à quel point la mort, n’était pas que physique. Ma première grande rencontre fu celle que je fis avec le serpent qui de par sa mu, enseigne le renouveau, le lâcher-prise, la transformation… Je me suis rendu compte avec lui que la mort fait partie de notre cheminement à plusieurs niveaux: morts de concepts, de passions, de rêves, etc. qui s’avèrent nécessaires pour avancer.

skull-726253_960_720Pour moi, à ce moment, il est devenu important d’introduire ces représentations dans ma pratique spirituelle. J’avais placé un crâne sur mon autel, un serpent, etc. J’avais commencé à appeler des guides sans trop m’en rendre compte. Puis alors que j’étais dans un grand tournant de vie, un des esprits guide de la mort, dans une tradition spécifique, est venu à ma rencontre. Il m’a dit une toute petite phrase dont je me souviens encore 10 ans plus tard, car elle a été une vraie étincelle de vie placé en moi.
À la suite de cette rencontre, avec cet esprit, ma pratique spirituelle à complètement changé. L’enseignement de cet esprit était celle dont j’avais besoin, mais c’était aussi la rencontre formelle avec un esprit qui était là avec moi depuis longtemps. Même si je ne connaissais pas son existence ni même le système de croyance dans lequel il évolue, je le connaissais. Quand j’étais ado je voyais souvent un rituel à faire dans ma tête avec un esprit bien précis. Et bien cet esprit, est servit, dans sa tradition exactement tel que je le voyais dans ce rituel. Il fallait juste que j’attende de mûrir et d’être prête pour le rencontrer et l’entendre pleinement.

cross-1480482_960_720Après cette rencontre, je me suis mise à rencontrer des esprits guides de la mort dans plusieurs traditions parce que je me suis ouverte à cette énergie. Ces esprits, qui de prime à bord peuvent effrayer, sont de grands enseignants de la vie. Ils adorent la vie, les humains et nous montrent à quel point nous sommes souvent responsable des périodes de stagnation dans notre vie. Ils m’aident, pour ma part, à dédramatiser et à rire un bon coup de mon côté trop sérieux pris dans l’égo. Ils enseignent la vie!

En ce mois d’octobre et à une semaine de la grande fête des morts que j’organise pour eux, je tiens à dire merci à ces guides. Non seulement vous m’avez donnez envie de vivre, mais l’amour que vous me faites sentir en moi est un cadeau précieux qui me remplit de joie!

Mes chers guide, si je suis devant vous, c’est pour y trouver la vie et l’honorer!

Merci!