Je vous salue Marie: quand Saint frère André m’a amené aux pieds de la douce mère…Partie 1

oratoire2 024
Crédit photo: Kewenlunub. Ancienne chapelle du Saint Frère André, Oratoire Saint-Joseph, Janvier 2016, Mtl, Qc.

S’il y a bien une sainte dont je ne croyais jamais avoir l’appelle, c’était bien Marie, mère de Jésus. Certe je me suis réconcilié en quelques sortes avec le christianisme au cours des dernières années (sans pour autant approuver l’église bâtit par l’homme), mais Marie…Pour vous dire je la trouvais si naïve, mollasse que je ne voyais pas comment j’aurais pus me sentir bien à prier avec elle…Et bien je me trompais royalement. J’y reviendrai plus tard, en attendant voici comment je l’ai rencontré.

Vers la fin de 2015-2016 j’ai soudainement eu le nom de Marie qui me revenait en tête, sans trop savoir pourquoi. Quelques jours après, un ami à qui je n’avais rien dit sur le sujet, me fabriquait un bracelet spirituelle blanc et bleu en me disant: « Mais je vois Marie dans ça! ». Hum Ok…puis dans la même semaine, je me retrouvais dans ma famille et on me demanda si je voulais prendre avec moi la statut de Marie qu’une amie de la famille avait gardé pour moi…en fait je l’ai eu le 1er janvier, jour de célébration de la fête de Marie…

 

oratoireretouche 013
Crédit photo: Kewenlunub. Ancienne chapelle du Saint Frère André, Oratoire Saint-Joseph, Octobre 2015, Mtl, Qc.

Je commençais à sentir un contact, et j’ai commencé à la prier. Quelques jours après, je devais me rendre à l’Oratoire St-Joseph puisque je sentais que je devais me recueillir dans la chapelle du frère André qui semblait vouloir me lancer un message que je ne comprenais pas (et j’étais aussi dans une période difficile ce qui m’amenait encore plus vers lui). Avant mon arrivée je me disais: « mais il y a peut-être une statut de Marie » puis je me suis dit que c’était la place pour St-Joseph et le frère André alors j’ai laissé le tout de côté. À l’oratoire, qui a vus le jour grâce à la ferveur du Saint frère André, ils ont conservé sa petite chapelle où il accueillait les malades. Cet endroit est chaleureux et on s’y sent bien.

Je me rends donc à cette chapelle et arrivé à la porte, impossible d’ouvrir celle-ci. Elle ne bouge pas. La poignée semble pourtant bouger, mais rien ne veut ouvrir. Je me rend à l’accueil et je demande si la chapelle est fermée. Réponse: Non, elle est ouverte. Je retourne et encore une fois la porte n’ouvre pas. Je dois vous avouer qu’étant déjà dans un état émotif difficile et ne pouvant entrer là où je voulais me recueillir je fulminais. Je suis donc retourné vers l’intérieur en disant au frère André que je n’étais pas très contente et que je ne comprenais…j’avais besoin de comprendre et on me fermait la porte! GRRRRR
En entrant dans l’oratoire, très mécontente, je vois un ascenseur devant moi et je me dis: » bon! Vous ne voulez pas me répondre et bien je rentre chez moi! » Je n’avais jamais pris cet ascenseur (en fait je les évite comme la peste) ne sachant pas où j’arriverais. Puis les portes se sont ouverte et voici ce qui était devant moi…
oratoire2 015
Crédit photo: Kewenlunub. Marie, Oratoire Saint-Joseph, Janvier 2016 Mtl, Qc.
 C’est bouchebée que je me suis avancé pour lire cette plaque à ses pieds relatant les dernière paroles du frère André. Et j’ai compris…qu’il m’avait répondu en m’amenant au pied de la douce mère… Merci Frère André!
oratoire2 014
Lorsque vous assaillent les vents des tentations,
lorsque vous voyez paraître les écueils du malheur,
regardez l’étoile, invoquez Marie.
Si vous êtes ballottés sur les vagues de l’orgueil,
de l’ambition, de la calomnie, de la jalousie,
regardez l’étoile, invoquez Marie.
Si la colère, l’avarice, les séductions charnelles
viennent secouer la légère embarcation de votre âme,
levez les yeux vers Marie…
Dans le péril, l’angoisse, le doute,
pensez à Marie, invoquez Marie.
Que son nom ne quitte ni vos lèvres ni vos cœurs !
Et pour obtenir son intercession,
ne vous détournez pas de son exemple.
En la suivant, vous ne vous égarerez pas.
En la suppliant, vous ne connaîtrez pas le désespoir.
En pensant à elle, vous éviterez toute erreur.
Si elle vous soutient, vous ne sombrerez pas ;
si elle vous protège, vous n’aurez rien à craindre ;
sous sa conduite vous ignorerez la fatigue ;
grâce à sa faveur, vous atteindrez le but. »

Saint Bernard (1090-1153)

Publicités

Rêver du serpent – oui il m’apprend encore!

Il y a environ un mois j’ai rêvé de mon ami serpent. J’étais chez moi lorsque j’ai trouvé une boîte de rangement quelconque. En l’ouvrant, j’y découvris un serpent. Je me suis rappelé instantanément que je l’avais acheté, par le passé, et que je l’avais oublié. La culpabilité m’a envahit. Comment avais-je pu acheter un animal, l’emboîter et l’oublier de la sorte? Il aurait pu mourir…Pourtant le serpent était bien vivant et trop heureux de sortir de son confinement bas de gamme.

Avant que je n’ai pus dire ouf le serpent s’échappa  dans la maison et je me mise à courir partout pour le trouver. J’avais une peur terrible qu’il trouve le chat et le blesse ou que le chat le trouve et le blesse. Cette dynamique est fascinante, car dans 90% de mes rêves avec le serpent (que je fais depuis 12 ans) je crains toujours une bataille serpent et chat. Ce qui est encore plus amusant, c’est que je porte une bague de chat et une autre de serpent depuis fort longtemps…

Bref, après ma course folle j’ai trouvé mon chat couché sur mon divan scrutant la télévision avec à ses côté le serpent roulé sur lui-même regardant aussi l’écran. Aucune bataille, un serpent en forme et heureux de rester avec moi.

key-1422806_960_720Ce rêve est très significatif pour moi. Il m’a fait penser à ma dynamique personnelle où de crainte d’être blessé j’ai tendance à ouvrir mon amour pour ensuite l’enfermer de peur de me le faire dérober. Pourtant chaque fois que la boîte s’ouvre, l’amour est toujours présent et ne m’a pas déserté.

Le lendemain, alors que je sombrais dans le sommeil j’ai demandé au serpent de me guider dans cette dynamique personnelle et j’ai entendu cette phrase: « fait de ton poison, de ton venin ton remède » Oui il est temps que je me serve de cette blessure et de son apprentissage pour en faire mon remède!

Merci esprit du serpent!

 

Ouvrir les portes: ainsi soit-il?

En 2016 j’ai commencé l’année en me disant que serait l’année où je me choisis. Où je prends des décisions pour moi, selon mon coeur. Et j’ai réussis à plusieurs niveaux. Les choix ont étés difficiles par moment, mais j’ai foncé tremblante de peur, mais décidé. Cette année, je me suis dit qu’il était temps d’être à la hauteur de moi-même. Pas celles que l’on me projette, pas celles que je me projettes mal, mais à la hauteur de ma valeur que j’ai tendance à rabaisser…que je mets de côté par crainte…Un sacré match avec mon égo!

Ce soir, j’ai la visite d’un merveilleux esprit qui garde la porte vers le monde des esprits, mais qui fait aussi office de gardien de nos portes intérieures, et je me rend compte qu’en me présentant à la barrière, celle que j’ai tant de mal à ouvrir l’hésitation est encore présente. Cette peur de l’inconnue fait encore échos…Je prends la mesure de ce que cela peut impliquer que de me donner cette chance d’ouvrir la porte et de faire le saut. Je connais ce que je ne veux plus depuis longtemps que ça devient redondant. Mais ce que je veux, semble encore loin…des fils de ce que je ne veux plus me tirent encore vers l’arrière il faut croire. C’est fou comme l’inconfort, quoique désagréable à quelques chose de rassurant puisqu’on en connait les ressorts…C’est fou comme des fois l’égo se prend à penser qu’en répétant la même chose le résultat pourra être différent…Esprit du coyote, ta médecine m’étourdis en ce moment! Quelle est cette hésitation qui m’empêche de dire à cet esprit: ouvrons la barrière et j’en assume le tout! La peur d’être heureuse et moi-même?

heart-603214_960_720Décidément ce n’est pas ce soir que CETTE barrière sera ouverte, car je n’assumerais pas l’ampleur de tout ce qu’amène l’affirmation « qu’il en soit ainsi! »au moment où je la prononcerais. Mon coeur et mon corps ne marcherait pas au même rythme. Par contre, je n’ai pas non plus envie de baisser les bras pour recommencer à redonder sur ce que je ne veux plus. Si je ne peux ouvrir la grande barrière et faire le saut, alors j’accepte et j’assume d’ouvrir celle qui m’empêche d’ouvrir la bonne afin de comprendre une bonne fois pour toute ce qui m’empêche de franchir le nouveau seuil. Et Qu’il en soit ainsi!

Une porte à la fois, dans la foi!

 

 

La rencontre du serpent -mon premier contact avec les animaux totems I

Mon premier contact avec un esprit animal remonte à 12 ans environ. Malgré mon amour des animaux, je n’avais pas réellement d’intérêt pour ceux-ci au niveau spirituel. C’est donc avec peu d’intérêt que j’ai  tenté un exercice de groupe dédié à la rencontre de son totem. Pour être franche l’exercice ne m’a rien amené sur le coup et cela m’a confirmé, à ce moment, que la rencontre de ces esprits n’étaient pas pour moi…On peut dire que je me trompais royalement parce que c’est à ce moment que le magnifique serpent, que je ne trouvais pas joli au départ, est entré dans ma vie, par la grande porte du rêve!

Environ une semaine plus tard, je rêvais que je montais un petit chemin sablonneux lorsque des serpents se sont dressés devant moi en sifflant pour me barrer le chemin. Affolée, je leur ai lancé du sable et me suis réveillé. Quelques jours plus tard, voilà que je rêve que je suis sur un chemin boueux dans lequel il y a un trou d’eau remplit de couleuvre…et dans lequel je tombe…Dans les deux- trois mois qui ont suivi j’ai rêvé plusieurs fois à des serpents. La plupart du temps j’essayais de les attraper tout en ayant peur d’eux et je finissait toujours par me faire mordre. Un soir j’ai fais un rêve plus particulier. J’étais dans un univers à la Tim Burton (du style corpse bride) où tout était en noir et blanc. Je me trouvais dans une caravane de gitan, assise sur la banquette collée au mur du fond de la caravane, avec un petit garçon et une petite fille assis chaque côté de moi. Nous discutions quand un gros boas blanc est arrivé pour nous attaquer. Je me rappel avoir dit aux enfants: « N’ayez pas peur! Le serpent va me mordre (c’est ce que le serpent fit en plantant ses dents dans ma main) et l’important est de ne pas bouger pour ne pas endommager la main encore plus ». Je me rappel que je restait immobile, respirant profondément pour résister à la douleur en attendant que le serpent me lâche ce qu’il fit avant de quitter. Le lendemain matin, de mon réveil au couché, j’ai sentit une douleur dans ma main exactement où j’avais été mordu pendant mon rêve.

Après ce rêve, j’ai pris le temps de me connecter à l’énergie du serpent pour lui dire que j’avais compris qu’il était venu à moi, après avoir demandé quel était mon animal totem, et que j’acceptais sa médecine. J’étais dans une grande période de transformation à l’époque et sa médecine arrivait à point. On peut dire que c’est lui, dans toute sa force, qui m’a amené à m’intéressé aux animaux et à leur médecine que j’adore et avec qui je travaille maintenant pour faire les cartes! D’ailleurs en faisant les cartes médecine animal pour demander mes totems permanent, le serpent est venu se pointer dans les cartes.

eva-1235170_1280Quand j’ai reconnu sa présence, les rêves ont cessés, et mon dégoût pour l’animal est partit…et c’est à ce moment, et depuis, que le serpent se présente à moi avec des esprits qui sont en lien avec lui. C’est fascinant de voir que la plupart des esprits guides qui sont venu à moi en premier,  quand j’explorais de nouvelles traditions, avait un lien avec le serpent. J’ai d’ailleurs rencontré une guide extraordinaire, femme et serpent, il y a 10 ans et elle est toujours présente dans ma vie.

Il y a deux ans environ, je me demandais si le serpent en tant qu’animal était encore dans ma vie, car il venait maintenant avec des guides aux formes humaines. La nuit même je rêvais de lui sous sa forme animal.

Cette semaine j’ai demandé quel animal accompagnerait mon année et voilà que mon ami serpent s’est pointé à nouveau…et hier je l’ai rencontré dans un rêve très intéressant qui me laisse beaucoup à méditer. Les 12 dernières années m’on beaucoup appris sur cet animal sur lequel j’apprend encore et encore! Je sais qu’il inspire le dégoût et la peur, mais j’espère que mon expérience vous permettra de mieux l’apprécier et d’aller vers lui si vous en sentez le besoin.

Je vous reviendrai bientôt avec un autre topo sur le serpent pour vous partager un peu plus ce que j’ai appris sur lui dans les dernières années 🙂

Snake Woman Chant 

 

 

 

 

Mon contact avec les guides de la mort

J’ai toujours vécu dans un espèce de paradoxe concernant la mort. Autant elle m’a toujours fait peur, et je dois l’avouer c’est encore un peu le cas, autant j’ai toujours été fasciné par les esprits des morts.

Malgré cette peur de la mort, j’ai toujours été attiré par les représentations d’homme et de femmes squelettiques à l’air un peu irrévérencieux, par les cimetières, le contact avec les défunts…il me semblait y avoir quelque chose à apprendre là. C’est en m’ouvrant tranquillement à cette notion de mort que j’ai réalisé aussi à quel point la mort, n’était pas que physique. Ma première grande rencontre fu celle que je fis avec le serpent qui de par sa mu, enseigne le renouveau, le lâcher-prise, la transformation… Je me suis rendu compte avec lui que la mort fait partie de notre cheminement à plusieurs niveaux: morts de concepts, de passions, de rêves, etc. qui s’avèrent nécessaires pour avancer.

skull-726253_960_720Pour moi, à ce moment, il est devenu important d’introduire ces représentations dans ma pratique spirituelle. J’avais placé un crâne sur mon autel, un serpent, etc. J’avais commencé à appeler des guides sans trop m’en rendre compte. Puis alors que j’étais dans un grand tournant de vie, un des esprits guide de la mort, dans une tradition spécifique, est venu à ma rencontre. Il m’a dit une toute petite phrase dont je me souviens encore 10 ans plus tard, car elle a été une vraie étincelle de vie placé en moi.
À la suite de cette rencontre, avec cet esprit, ma pratique spirituelle à complètement changé. L’enseignement de cet esprit était celle dont j’avais besoin, mais c’était aussi la rencontre formelle avec un esprit qui était là avec moi depuis longtemps. Même si je ne connaissais pas son existence ni même le système de croyance dans lequel il évolue, je le connaissais. Quand j’étais ado je voyais souvent un rituel à faire dans ma tête avec un esprit bien précis. Et bien cet esprit, est servit, dans sa tradition exactement tel que je le voyais dans ce rituel. Il fallait juste que j’attende de mûrir et d’être prête pour le rencontrer et l’entendre pleinement.

cross-1480482_960_720Après cette rencontre, je me suis mise à rencontrer des esprits guides de la mort dans plusieurs traditions parce que je me suis ouverte à cette énergie. Ces esprits, qui de prime à bord peuvent effrayer, sont de grands enseignants de la vie. Ils adorent la vie, les humains et nous montrent à quel point nous sommes souvent responsable des périodes de stagnation dans notre vie. Ils m’aident, pour ma part, à dédramatiser et à rire un bon coup de mon côté trop sérieux pris dans l’égo. Ils enseignent la vie!

En ce mois d’octobre et à une semaine de la grande fête des morts que j’organise pour eux, je tiens à dire merci à ces guides. Non seulement vous m’avez donnez envie de vivre, mais l’amour que vous me faites sentir en moi est un cadeau précieux qui me remplit de joie!

Mes chers guide, si je suis devant vous, c’est pour y trouver la vie et l’honorer!

Merci!

 

Le renard et l’aigle: une fable à découvrir?

fox-1284512_960_720J’arrive à peine de mon voyage à l’Île-du-Prince-Édouard que j’ai déjà le nez dans les recherches concernant la médecine de deux animaux que j’ai rencontré lors de mon séjour dans les maritimes. La semaine avant mon départ, j’ai pigé la carte du renard. J’ai été intrigué, mais je n’ai pas poussé la recherche. Mais voilà que rendu sur l’Île-du-Prince-Édouard je me suis mise à voir des renards partout dans les boutiques de souvenirs: tasses, salière et poivrière, etc. Une dame qui m’a entendu m’interroger sur l’animal m’a expliqué que, sur cette île, les renards sont très nombreux et qu’ont les croisent même en ville…et qu’ils étaient devenu en quelque sorte leur emblème. C’est ma troisième visite sur cette île et je n’avais jamais vu cet animal avant…Sous le charme je me suis acheté un foulard et une tasse pour voir cet animal un peu plus chaque jour dans ma vie…Je n’arrêtais plus d’avoir envie de voir cet animal. Une fascination. Je porte mon foulard depuis quelques jours et je suis toujours heureuse de voir ces petits renard sur moi. Après avoir fait ses achats, j’ai ouvert mon ordinateur dont le fond d’écran de Windows (par défaut) est aléatoire et qui je vois: le renard! Bon d’accord j’ai compris, je vais investiguer sur ce qu’il veut me dire.

eagle-714430_960_720Lorsque nous avons quitté l’île hier matin, j’ai fais une demande très spontanée au ciel alors que nous traversions le pont de la confédération qui prend 10 minutes à traverser…une demande pour avoir du support dans mon cheminement et mon évolution. Rendu de l’autre côté du pont j’aperçois dans le ciel un oiseau peu commun. Son vol était très différent des autres et comme je le mentionnais à ma copilote, cet oiseau est descendu vers la voiture assez près pour que je puisse voir le dessous de son ventre, son oeil perçant et son bec jaunâtre: un aigle! Un animal très important dans les cultures autochtones, le messager du Grand Esprit.

Décidément j’ai deux amis à rencontrer et de grands remerciements à faire pour ces beaux signes de ces chers animaux!

Je vous reviens sous peu avec mes découvertes!

Rencontre avec la médecine de la mouette

Depuis trois mois, si je n’ai pas trouvé une vingtaine de plumes de mouette, je n’en ai pas trouvé une. J’en ai même trouvé dans l’escalier menant sur ma cours, une première en 12 ans de vie au même endroit…Certes j’habite une ville non loin d’un Macdonald (oui les mouettes de ville adore les frites loll), il n’en reste pas moins que je n’ai jamais trouvé autant de plumes de cet oiseau. De plus, cet oiseau m’attire et je mets son image un peut partout autour de moi…

En fait je dois dire que cette année, les oiseaux sont bel et bien présent dans ma vie alors que ce n’était pas vraiment le cas avant. Je me suis donc mise à la recherche de la médecine de la mouette afin de voir les liens possible entre leur médecine et ma vie depuis quelques temps.

gull-192909_1280La médecine de la mouette

La mouette est beaucoup relié à la communication. Elle nous parle autant de nos communications avec les autres qu’avec nos guides. Elle annoncerait d’ailleurs une plus grande communication avec nos guides et les esprits de la nature.

Cet aspect des communications est très intéressant, car il est de plus en plus présent dans ma vie. D’ailleurs, la sortie de mon site m’amène à faire encore plus de recherche sur les animaux et les végétaux et à me connecter à eux et mes guides tout comme mes communications avec les autres s’amplifie. La mouette enseigne aussi la coopération et l’entraide ce qui s’ajoute au travail avec mon site.

La mouette propose aussi de bien voir nos interactions en communication tel que nos intonations de voix, le choix de nos mots, etc, car ceux-ci ont une importance dans les relations. Elle nous montre aussi à nettoyer les malentendus avec les autres et de voir les différentes possibilités qui s’offre au lieu d’une seule voie. Je me retrouve aussi dans cet aspect depuis quelques temps.

Ce qui m’a le plus fait sourire dans ma petite recherche sur la mouette, c’est quelle nous invite à aller sur le bord de l’océan pour méditer et retrouver notre propre rythme intérieur ce que je ferai en partant dans une semaine pour aller voir l’océan, justement. D’ailleurs, depuis quelques mois cet appel est fort.

Finalement la mouette, que l’on dénigre souvent, est bien plus sage qu’on ne le pense, non? en espérant en prendre une belle en photo lors de mon passage dans les maritimes!