Je vous salue Marie: quand Saint frère André m’a amené aux pieds de la douce mère…Partie 1

oratoire2 024
Crédit photo: Kewenlunub. Ancienne chapelle du Saint Frère André, Oratoire Saint-Joseph, Janvier 2016, Mtl, Qc.

S’il y a bien une sainte dont je ne croyais jamais avoir l’appelle, c’était bien Marie, mère de Jésus. Certe je me suis réconcilié en quelques sortes avec le christianisme au cours des dernières années (sans pour autant approuver l’église bâtit par l’homme), mais Marie…Pour vous dire je la trouvais si naïve, mollasse que je ne voyais pas comment j’aurais pus me sentir bien à prier avec elle…Et bien je me trompais royalement. J’y reviendrai plus tard, en attendant voici comment je l’ai rencontré.

Vers la fin de 2015-2016 j’ai soudainement eu le nom de Marie qui me revenait en tête, sans trop savoir pourquoi. Quelques jours après, un ami à qui je n’avais rien dit sur le sujet, me fabriquait un bracelet spirituelle blanc et bleu en me disant: « Mais je vois Marie dans ça! ». Hum Ok…puis dans la même semaine, je me retrouvais dans ma famille et on me demanda si je voulais prendre avec moi la statut de Marie qu’une amie de la famille avait gardé pour moi…en fait je l’ai eu le 1er janvier, jour de célébration de la fête de Marie…

 

oratoireretouche 013
Crédit photo: Kewenlunub. Ancienne chapelle du Saint Frère André, Oratoire Saint-Joseph, Octobre 2015, Mtl, Qc.

Je commençais à sentir un contact, et j’ai commencé à la prier. Quelques jours après, je devais me rendre à l’Oratoire St-Joseph puisque je sentais que je devais me recueillir dans la chapelle du frère André qui semblait vouloir me lancer un message que je ne comprenais pas (et j’étais aussi dans une période difficile ce qui m’amenait encore plus vers lui). Avant mon arrivée je me disais: « mais il y a peut-être une statut de Marie » puis je me suis dit que c’était la place pour St-Joseph et le frère André alors j’ai laissé le tout de côté. À l’oratoire, qui a vus le jour grâce à la ferveur du Saint frère André, ils ont conservé sa petite chapelle où il accueillait les malades. Cet endroit est chaleureux et on s’y sent bien.

Je me rends donc à cette chapelle et arrivé à la porte, impossible d’ouvrir celle-ci. Elle ne bouge pas. La poignée semble pourtant bouger, mais rien ne veut ouvrir. Je me rend à l’accueil et je demande si la chapelle est fermée. Réponse: Non, elle est ouverte. Je retourne et encore une fois la porte n’ouvre pas. Je dois vous avouer qu’étant déjà dans un état émotif difficile et ne pouvant entrer là où je voulais me recueillir je fulminais. Je suis donc retourné vers l’intérieur en disant au frère André que je n’étais pas très contente et que je ne comprenais…j’avais besoin de comprendre et on me fermait la porte! GRRRRR
En entrant dans l’oratoire, très mécontente, je vois un ascenseur devant moi et je me dis: » bon! Vous ne voulez pas me répondre et bien je rentre chez moi! » Je n’avais jamais pris cet ascenseur (en fait je les évite comme la peste) ne sachant pas où j’arriverais. Puis les portes se sont ouverte et voici ce qui était devant moi…
oratoire2 015
Crédit photo: Kewenlunub. Marie, Oratoire Saint-Joseph, Janvier 2016 Mtl, Qc.
 C’est bouchebée que je me suis avancé pour lire cette plaque à ses pieds relatant les dernière paroles du frère André. Et j’ai compris…qu’il m’avait répondu en m’amenant au pied de la douce mère… Merci Frère André!
oratoire2 014
Lorsque vous assaillent les vents des tentations,
lorsque vous voyez paraître les écueils du malheur,
regardez l’étoile, invoquez Marie.
Si vous êtes ballottés sur les vagues de l’orgueil,
de l’ambition, de la calomnie, de la jalousie,
regardez l’étoile, invoquez Marie.
Si la colère, l’avarice, les séductions charnelles
viennent secouer la légère embarcation de votre âme,
levez les yeux vers Marie…
Dans le péril, l’angoisse, le doute,
pensez à Marie, invoquez Marie.
Que son nom ne quitte ni vos lèvres ni vos cœurs !
Et pour obtenir son intercession,
ne vous détournez pas de son exemple.
En la suivant, vous ne vous égarerez pas.
En la suppliant, vous ne connaîtrez pas le désespoir.
En pensant à elle, vous éviterez toute erreur.
Si elle vous soutient, vous ne sombrerez pas ;
si elle vous protège, vous n’aurez rien à craindre ;
sous sa conduite vous ignorerez la fatigue ;
grâce à sa faveur, vous atteindrez le but. »

Saint Bernard (1090-1153)

Publicités

Un commentaire sur « Je vous salue Marie: quand Saint frère André m’a amené aux pieds de la douce mère…Partie 1 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s