Rencontre avec la médecine de la mouette

Depuis trois mois, si je n’ai pas trouvé une vingtaine de plumes de mouette, je n’en ai pas trouvé une. J’en ai même trouvé dans l’escalier menant sur ma cours, une première en 12 ans de vie au même endroit…Certes j’habite une ville non loin d’un Macdonald (oui les mouettes de ville adore les frites loll), il n’en reste pas moins que je n’ai jamais trouvé autant de plumes de cet oiseau. De plus, cet oiseau m’attire et je mets son image un peut partout autour de moi…

En fait je dois dire que cette année, les oiseaux sont bel et bien présent dans ma vie alors que ce n’était pas vraiment le cas avant. Je me suis donc mise à la recherche de la médecine de la mouette afin de voir les liens possible entre leur médecine et ma vie depuis quelques temps.

gull-192909_1280La médecine de la mouette

La mouette est beaucoup relié à la communication. Elle nous parle autant de nos communications avec les autres qu’avec nos guides. Elle annoncerait d’ailleurs une plus grande communication avec nos guides et les esprits de la nature.

Cet aspect des communications est très intéressant, car il est de plus en plus présent dans ma vie. D’ailleurs, la sortie de mon site m’amène à faire encore plus de recherche sur les animaux et les végétaux et à me connecter à eux et mes guides tout comme mes communications avec les autres s’amplifie. La mouette enseigne aussi la coopération et l’entraide ce qui s’ajoute au travail avec mon site.

La mouette propose aussi de bien voir nos interactions en communication tel que nos intonations de voix, le choix de nos mots, etc, car ceux-ci ont une importance dans les relations. Elle nous montre aussi à nettoyer les malentendus avec les autres et de voir les différentes possibilités qui s’offre au lieu d’une seule voie. Je me retrouve aussi dans cet aspect depuis quelques temps.

Ce qui m’a le plus fait sourire dans ma petite recherche sur la mouette, c’est quelle nous invite à aller sur le bord de l’océan pour méditer et retrouver notre propre rythme intérieur ce que je ferai en partant dans une semaine pour aller voir l’océan, justement. D’ailleurs, depuis quelques mois cet appel est fort.

Finalement la mouette, que l’on dénigre souvent, est bien plus sage qu’on ne le pense, non? en espérant en prendre une belle en photo lors de mon passage dans les maritimes!

Publicités

Petit Jésus, me voyez-vous dans les étoiles fanées? « Ma crise de foi »

petitjesus

« Mais dites-moi où s’arrêtera notre illusion défunte
Mais dites-moi, je m’apercois d’une amoureuse éteinte

Petit jésus me voyez-vous dans les étoiles fanées
Petit jésus me croyez-vous égaré… »  Petit Jésus -Indochine

Comme je le mentionnais dans mon billet Aide-toi et le ciel t’aidera, les dernières années ont été riches en émotions. Dans les moments les plus creux, j’en suis venu à perdre mes repères et à presque délaissé mes croyances spirituelles. On peut dire que j’ai vécu une véritable: Crise de foi.

J’avais tellement de colère et de souffrances en moi que j’avais l’impression que le ciel m’avait oublié et abandonner alors que je m’étais égaré de mon centre et que j’avais coupé mon contact avec le sacré.

J’attendais un miracle du ciel…en vain. Jusqu’au jour où à bout de tout je me suis dit : ça passe ou ça casse. Alors j’ai demandé d’entendre réellement ce qui en était de moi en assumant la vérité. Et là les miracles ont commencés. J’ai eu des réponses et surtout je les ai écouté et je me suis mise en action. Depuis deux ans ça bouge, ça change mais ça demande des efforts et de la patience (je suis bélier vous voyez le genre? hihi on est pas super patient)! Il y a un an, au cimetière, j’ai promis aux esprits des morts de les aimer, de les écouter et de les honorer pour mon bien-être et celui des autres. En revenant à la maison j’avais un signe d’eux très clairs. Quand je suis mise à me réécouter, et à m’ouvrir je me suis rendue compte qu’ils étaient toujours là. Le ciel, les esprits ne m’avaient jamais abandonnés.

Ce que j’ai réalisé dans cette crise de foi c’est que le ciel est toujours là, mais viens un moment où on ne veut plus l’entendre parce que l’on ne veut plus s’entendre. Un ami précieux m’a souvent dit que notre contact avec les esprits n’est pas détaché de nous. Que ce lien fait partie de notre coeur et de notre être et que la manière dont on échange avec nous-mêmes, nous montre aussi comment on échange avec eux. Plus j’échange positivement avec moi plus mon lien avec eux est beau, solide et enrichissant.

 

gulls-1370979_960_720

Peut-être faut-il se perdre pour mieux se retrouver? et si ce détour avait été écrit d’avance pour mieux me faire comprendre mon chemin de vie?

Chose certaine il y a une chose que j’essais de toujours me souvenir ,quand l’orage fait place en moi, c’est que je ne suis jamais seule, et qu’après la tempête viens le soleil.

Comme le dit cette ci belle chanson…

« Ce n’était qu’un orage, Ce n’était qu’une cage
Tu reprendras ta course, Tu iras à la source
Tu boiras tout le ciel, Ouvre tes ailes
Liberté, liberté, Liberté » 
Le coeur est un oiseau -Richard Desjardins

Embrasser l’océan et la nature

cradled-on-the-waves-6-640x400
http://www.country-magazine.com/road-trip/canada/traveling-to-prince-edward-island/

Depuis que je suis toute petite l’eau est l’élément qui me rend le plus heureuse et qui m’apporte le plus grand bien-être. L’océan, le fleuve, les lacs, les rivières, sont comme des mamans réconfortantes pour moi. Je savais que cet élément était important pour moi, mais c’est cette année que tous les liens s’attache ensemble. Cette année c’est le grand rappel. Dès le début de l’année le roi des mers est venus à moi et mon contact avec cet esprit ne fait que croître depuis. Il m’a d’ailleurs rappelé une chanson parlant de la mer, que je chérissais dans mon enfance, et que j’associais à un moment important de ma vie qui a toute son importance aujourd’hui dans mon cheminement. De plus, mon contact avec les esprits s’intensifie au contact de l’eau depuis deux mois…et voilà que depuis je n’arrête pas de me dire que cette année je me dois d’aller sur le bord de l’océan pour respirer…me calmer…et qui sait, comprendre quelque chose et boucler une boucle.

C’est pourquoi j’ai décidé d’aller, malgré la saison automnale qui s’en vient, à la magnifique Île-de-Prince-Édouard que j’ai visité en 1994 et 2006. Cette île romanesque à la terre rouge, ayant  inspiré la grande Lucie Maude Montgomery qui nous a donné Anne et la maison au pignons verts. Anne qui me connecte toujours à mon coeur d’enfant et à l’innocence. L’île où la nature semble tout droit sortie d’un conte de fée. Une île accueillante et paisible dont je ne garde que de beaux souvenirs.

ipe
https://www.pinterest.com/pin/112027109452021621/

Je foulerai donc le sol de ce magnifique endroit à la mi-octobre en plein coeur de l’automne. Je découvrirai l’île sous un aspect que je n’ai jamais connu puisque les deux fois où j’y suis allé c’était l’été alors que maintenant je dois même prévoir un manteau d’hiver pour m’assurer de pouvoir profiter de l’extérieur au maximum. L’océan…l’air salé… les feuilles rouges…la soupe chaude…les fruits de mer et profiter de l’instant présent. Enfin respirer.

Oui cette année c’est la rencontre avec l’eau, avec cet aspect de moi qu’il est grand temps que j’embrasse totalement!